Menu

La Charte sud-africaine pour la justice climatique : un projet participatif et populaire contre le changement climatique

Pais

Afrique du Sud

Période

2019 - 2020

Type d'expérience

auditions, forums et assemblées réglementation et législation

ODD

SDG 11 SDG 13

Le projet a été lancé fin 2019 et sera présenté au Parlement et proposé pour adoption d'ici octobre.

Description

Le Cooperative and Policy Alternative Centre (COPAC), en collaboration avec la South African and Food Sovereignty Campaign (SAFSC) et d'autres organisations de la société civile, s'est engagé dans un processus visant à élaborer une charte de justice climatique pour l'Afrique du Sud.

Le processus d'élaboration de la charte a été essentiellement participatif. Il est ancré dans cinq années de campagne pour la souveraineté alimentaire et la justice climatique, et découle des processus précédents qui ont cristallisé le contenu du projet de charte : la conférence sur l'eau et le climat de 2018 ; les tables rondes organisées en 2019 par le COPAC sur les communautés touchées par la sécheresse, les médias, les organisations confessionnelles, les syndicats, les jeunes et les organisations de justice environnementale et sociale. En outre, un appel à l'engagement du public a été lancé par le biais des médias sociaux, des courriels, etc. Des documents de réflexion ont été commandés sur les sujets soulevés lors des tables rondes afin de permettre un débat public et d'apporter des idées et des enseignements supplémentaires pour guider l'élaboration de la charte.

S'appuyant sur les processus participatifs précédents et les commentaires recueillis, le brouillon de la charte a été publié fin 2019, ouvert à la discussion, aux commentaires, à la finalisation et à l'approbation des organisations et des individus. Toutes les organisations participant à ce processus ont repris le projet de charte pour un engagement et une approbation plus poussés dans leurs communautés. Pendant les premiers mois de 2020, la charte a voyagé dans tout le pays, obtenant plus d'informations et évoluant en fonction des besoins des communautés. Les militants pour la justice climatique et les organisations de soutien ont organisé des assemblées sur les lieux de travail, dans les communautés, dans les espaces confessionnels et d'autres afin d'approfondir la contribution de la base. Depuis novembre, le projet de charte est également un document Google ouvert aux commentaires du public, et les organisateurs ont également reçu des commentaires et des contributions du public de cette façon.

 

 

Avant de préparer la version finale, les organisateurs ont appelé les organisations et les individus à soutenir la charte au cours de l'année 2020. La version finale de la charte pour la justice climatique devait être publiée fin juin 2020, mais elle ne l'a pas encore été en raison de la pandémie COVID-19 et le confinement, qui a modifié le calendrier et a compliqué les plans d'engagements sociaux. Le dernier événement public que le groupe avait prévu avant de finaliser la charte, une Assemblée du peuple qui s'est tenue le 16 juin 2020 pour coïncider avec le 44e anniversaire du soulèvement de Soweto, a été fait en ligne.

Une fois la version finale rendue publique, le processus passera à l'étape suivante, qui consiste à obtenir l'aval des individus et des organisations et à traduire la charte dans toutes les langues sud-africaines. Une courte version en bande dessinée pour les enfants, des clips audio-visuels de militants qui la lisent et d'autres formes populaires d'éducation publique et de promotion dans différentes langues sont également en cours de préparation. Elle sera finalement présenté au Parlement sud-africain le 16 octobre pour exiger son adoption conformément à la section 234 de la Constitution sud-africaine, qui prévoit l'adoption de chartes lorsque de telles initiatives du public l'exigent.

Le mouvement de la Charte pour la justice climatique mettra également au point un modèle économique pour la Charte, un plan de transition juste et profonde pour la justice climatique, qui proposera des politiques détaillées et des mesures économiques spécifiques pour la restructuration socio-écologique, afin d'identifier des mesures concrètes pour réaliser des alternatives systémiques. Un outil de transition juste, basé sur la Charte, sera également développé pour des engagements ascendants sur les lieux de travail et dans les communautés. Ce processus permettra aux différents acteurs de développer leurs propres plans pour des transitions justes et profondes.


 


 

Sources et informations complémentaires (en anglais) :