Menu

Réseau de participation pour une intervention durable sur le territoire dans le cadre du Plan de Décentralisation et de Déconcentration

Pays

Argentine

Organisation

Secrétariat à la participation citoyenne (Municipalité de Córdoba)

Période

2019 - 2021

Type d'expérience

biens communs urbains

ODD

SDG 11 SDG 13

Objectifs

Objectif principal de l'expérience innovante

" Connecter les différents outils de participation au sein d'un "écosystème" de démocratie participative ".

Cette expérience s'inscrit dans le cadre du Plan de Décentralisation et de Déconcentration de la ville de Córdoba, réalisé par le Secrétariat de la Participation Citoyenne, du Département du Budget Participatif.  La déconcentration représente le fait d'" être dans le quartier ", de fournir une proximité au voisin et d'opérer sur le territoire comme un point de repère de l'institution municipale. 

C'est dans ce but qu'a été développé le projet Réseau de participation pour une intervention durable sur le territoire, qui vise à renforcer la participation des quartiers de la ville de Córdoba à partir du paradigme de l'architecture durable et de l'Agenda 2030. L'intervention en question se concrétise dans la construction du siège du centre de quartier de la Villa General Urquiza, grâce à un système de construction durable MPRA ( Module de plastique réutilisé autoportant) qui propose un développement durable en termes sociaux, économiques et environnementaux. Le système MPRA est rapide à monter et peu coûteux, puisqu'il utilise le recyclage de bouteilles de tous types et de toutes formes pour la composition des écrans de fermeture. Son élaboration est simple et peut être appropriée par toute personne, quel que soit son sexe ou son âge, ce qui stimule le travail collectif et implique la communauté dans les différentes instances

C'est en comprenant l'importance de renforcer les réseaux communautaires de quartier et les réseaux sectoriels plus larges que le Secrétariat implique et articule les différents acteurs pour atteindre l'objectif, certains d'entre eux ayant une longue histoire de participation dans le quartier : ONG Quinua Arquitectura de TRAMA HÁBITAT ; chaire de pratique professionnelle assistée avec orientation en Habitat Populaire à la faculté d'architecture de l'Université nationale de Córdoba ; centre de quartier de Villa General Urquiza et centre de quartier de Villa Alberdi ; coopérative de travail Los Carreros de Villa General Urquiza ; département des sports et département des addictions de la municipalité ; et ULA (Université libre de l'environnement - Centre d'éducation environnementale non formelle). Les organisations de la société civile du territoire participent également, comme le groupe scout de Villa Urquiza, Colegio Paula Montal.

 

Comment cet objectif a-t-il été atteint ?

La réalisation de l'objectif suppose le développement méthodologique de deux grandes étapes : le processus d'articulation communautaire, centralisant les actions du Secrétariat à la participation citoyenne (État) et son développement ultérieur et la mise en œuvre territoriale. Les deux processus sont soutenus par des instances de dialogue entre de multiples acteurs pour définir des objectifs spécifiques, des buts, des actions liées aux temps réalisables de la communauté, à la gestion des ressources dont chacun dispose (espace, temps, connaissances, liens économiques, etc.) et à la conception du plan de travail global.

 

 

Dans quelle mesure cet objectif a-t-il été atteint ?

Dans ce contexte, il a déjà été développé : la conception de l'espace qui abritera le centre de quartier à partir de la participation des différents acteurs aux assemblées et aux tables de travail ; la formation nécessaire de l'équipe technique qui développera le travail ; l'organisation pour mettre en œuvre le plan de travail avec un schéma des rôles de chaque acteur et un calendrier des objectifs ; et l'achat des matériaux nécessaires (financé par la municipalité). En plus de la systématisation de l'expérience pour la reproduire dans d'autres centres de quartier de la ville.

 

Participants

Comment l'expérience a-t-elle été articulée avec d'autres acteurs et processus ?

L'articulation a bénéficié de la préexistence de liens et de projets entre les acteurs impliqués. Quinua Arquitectura et la Cooperativa de Carreros Villa Urquiza travaillent depuis plus de 20 ans sur des projets communautaires liés à la construction avec des matériaux et des technologies innovants ; la chaire (PPA - HP) et Quinua Arquitectura articulent les pratiques universitaires en partageant leur expérience pédagogique.  D'autre part, le lien préexistant entre le président de la chaire PPA-HP et le secrétaire de la participation citoyenne, qui a les centres de voisinage comme acteurs dans les territoires, a facilité le processus de liaison horizontale entre les acteurs. Articuler veut dire connaître de gérer, de sorte que les rencontres, les dialogues et les débats soient constamment promus, afin de construire des bases et des instances à partir desquelles il est possible d'affronter les différents défis du projet, dans le cadre de la situation socioéconomique et sociopolitique complexe de la ville et des territoires.

 

Quel a été le niveau de coresponsabilité ?

ONG Quinua Arquitectura de TRAMA HÁBITAT, concepteurs et promoteurs de la MPRA ; Chaire de Pratique Professionnelle Assistée avec Orientation en Habitat Populaire de la Faculté d'Architecture de l'Université Nationale de Córdoba, articulation et accompagnement à l'insertion territoriale des pratiques professionnelles des étudiants de 5e année ; Centre de Quartier Villa General Urquiza et Centre de Quartier Villa Alberdi, garantit la participation organisée des résidents du quartier, en promouvant leur niveau d'incidence et d'action ; Cooperativa de Trabajo Los Carreros de Villa General Urquiza, apport de main d'œuvre par des agents préalablement formés au système, de matériaux (en l'occurrence du plastique collecté pour être réutilisé et de l'espace physique) ; un atelier de montage situé dans le quartier, équipé pour le développement de la MPRA elle-même ; Le département des sports et le département des addictions de la municipalité, participation par le biais de programmes qui renforcent l'objectif ; le centre d'éducation environnementale non formelle de l'Université libre de l'environnement (l'ULA), diffusion du projet, mise à disposition d'un espace physique pour les réunions et les assemblées et participation au programme de collecte et de stockage des bouteilles. Des organisations de la société civile du territoire participent également, comme le groupe de scouts de Villa Urquiza, l'école Paula Montal, dans des instances de dialogue sur le projet et de conception collaborative.

 

Description

Quel est l'élément le plus innovant de l'expérience ?

La proposition met l'accent sur le processus comme étant innovant, positionné dans le paradigme de la Technologie Appropriée comme une voie vers l'autodétermination des communautés, la reconnaissance de l'existence de divers modèles de développement et une économie dirigée par les ressources et les valeurs disponibles dans le propre environnement et non par la demande extérieure. Un nouveau modèle productif, écologique, décentralisé, basé sur une dynamique et des idées communautaires qui peuvent être facilement apprises, modifiées et transmises.

La proposition développe une technologie sociale d'innovation continue, favorisée par une participation qui stimule la créativité collective ; ainsi, une nouvelle dimension est combinée à partir de quatre axes qui donnent une réponse aux problèmes émergents identifiés : 

  1. Création d'emplois : le processus de construction du centre de quartier permet aux gens de se former à différents métiers en tant qu'outils de travail, puis de générer d'autres moyens de subsistance.

  2. Renforcement de la communauté et des organisations de base dans le cadre d'une large participation des citoyens : l'ensemble du processus de production/formation a été conçu pour être réalisé collectivement, générant des gains économiques communs, ce qui en fait un outil de renforcement de la communauté.

  3. Réduction du déficit de logements : il fonctionne avec une technologie simple, ouverte et appropriée, de faible coût (40% moins cher que la construction traditionnelle) facilitant l'accessibilité aux personnes pour améliorer, agrandir, construire des logements, ou tout autre espace, après avoir expérimenté la construction de leur propre centre de quartier.

  4. Réduction des problèmes environnementaux : les parois de ce système sont conçues pour être résolues avec des déchets plastiques, transformant ainsi un déchet en ressource. Nous soulignons que le système constructif peut être adapté au type de déchets de chaque lieu où il est mis en œuvre.

 

Dans quelle mesure la procédure est-elle transférable ?

Dans un premier temps, le point de départ à partir duquel le projet est conçu est transférable, en pensant aux trois dimensions qui doivent le structurer intégralement : la durabilité économique, sociale et environnementale. Formuler des projets et des interventions en collaboration avec les territoires, qui soient durables pour les communautés locales et la ville en général. 

D'autre part, le processus de concrétisation du Centre de quartier de la Villa General Urquiza est conçu comme un moyen de former les voisins concernés à des métiers qui élargissent leurs possibilités de travail, qui renforcent les liens et les structures d'organisation communautaire du quartier, qui interviennent dans la conception du quartier et de son environnement et qui, dans l'échange quotidien, génèrent d'autres préoccupations et propositions de la communauté.

La transférabilité de la procédure est abordée par divers éléments du projet à différentes échelles :

  • Le système utilise des matériaux locaux, avec un minimum d'utilisation de produits de base, et comme système de construction saine.

  • Elle est de technologie moyenne, de construction simple et inclusive : tout le processus de construction est basé sur des étapes d'apprentissage et de réalisation faciles, avec des poids et des tailles des éléments qui permettent la manipulation par tout type de personne, et est ouvert à toutes les améliorations apportées par ceux qui participent aux processus (Achèvement collectif).

  • Il comprend trois étapes : la collecte des déchets plastiques, qui est encouragée par le triplement du paiement (qui reste encore peu coûteux) ; l'atelier de production, dans lequel la production de ses composants est effectuée de manière systématisée : grilles structurelles en bois, modules plastiques récupérés autoportants (pierre MPRA), colonnes de pierre MPRA, cadres de fondation et peignes d'ancrage ; et l'assemblage et la finition sur place, permettant l'adaptation à l'environnement et aux exigences (culturelles, esthétiques, fonctionnelles) de ses habitants. La production rationalisée en atelier permet de réduire les coûts de construction en évitant les erreurs, dont la correction prend plus de temps, évitant ainsi la production de déchets qui affectent le coût total.

  • Des délais de construction rapides : une réponse qui ne peut être obtenue avec les systèmes traditionnels. Il apporte également une solution immédiate dans les situations éventuelles de catastrophes naturelles, d'éradications, de migrations, d'urgences sanitaires, Covid en l'occurrence.

  • Légitimation collective : conçue sur la base de technologies appropriées et de concrétion collective.

  • Création de capacités et d'outils pour accroître les possibilités d'emploi.

  • Autres espaces de vie : cette technologie est également conçue pour d'autres usages, privés comme un domicile ou un lieu de travail (" mon atelier ", " mon kiosque "), ainsi que pour des usages publics ou communautaires, des centres de quartier dans ce cas, des centres de santé, des espaces éducatifs. 

  • Installation/promotion d'un processus productif complet : il comprend un système de production et un système de formation qui fonctionnent en parallèle, ce qui rend possible la reproduction et l'extensibilité, selon le concept de transfert de technologie complet, de transfert libre et en dehors des systèmes de franchise.

 

 

Pourquoi considérez-vous que l'expérience est faisable ?

Le projet est développé à partir des bases communautaires, de la participation du quartier dans toutes ses étapes validant le processus, et il renforce directement le développement économique des voisins. Cela en fait un projet approprié et donc réalisable en premier lieu. Cette condition s'accompagne d'une volonté politique municipale de développement durable de l'espace public dans les centres de quartier, qui renforce à son tour la relation entre l'État et les organisations sociales, en valorisant les réseaux qui nourrissent les résultats de l'expérience.

D'autre part, le défi économique de la situation d'urgence actuelle est confronté au recyclage et à la réutilisation du plastique, ce qui se traduit par des économies de 40 % par rapport à la construction traditionnelle.

La réussite de l'expérience est donc favorisée par l'esprit d'économie circulaire qui structure le projet. En renforçant les liens communautaires et institutionnels, elle offre de nouvelles possibilités de transfert de connaissances, renforcées par la possibilité d'adapter le système à de nouveaux problèmes dépendant de chaque territoire.

 

Quels mécanismes d'évaluation et de responsabilisation ont été utilisés ?

Il sera possible d'évaluer, à la fois quantitativement et qualitativement, les différentes formations données à la communauté sur le système MPRA, lors de la construction du Centre de Quartier avec ce système. Les résultats seront observables tant sur le plan technique, dans la qualité de l'infrastructure, que dans le processus de participation au travail quotidien.

L'évaluation et le suivi des flux de fonds et de ressources publiques de la municipalité seront développés, ils sont donc soumis aux mécanismes administratifs de responsabilité exigeant que toute la documentation présentée remplisse les conditions formelles et essentielles exigées par les organismes fiscaux compétents. 

Des inspections et des certifications de l'avancement des travaux seront effectuées par les agents municipaux compétents à cet effet.

 

N.B : cette expérience a été rédigée par l'institution qui a présenté la candidature au 14e Prix de l'OIDP.

 

Annexes :

Commentaires du jury