Menu

Democratic Climate Model (Modèle démocratique du climat)

Pays

Belgique

Organisation

Democratic Society

Date initiale

01-09-2019

Période

Septembre 2019 - En cours

Type d'expérience

planification participative espace / atelier de diagnostic... autres

ODD

SDG 7 SDG 11 SDG 13 SDG 15 SDG 17

Prix

15th.

Le  modèle démocratique pour le climat (MDC) est un modèle spécifique de gouvernance démocratique pour la résilience climatique. Il s'agit d'une innovation pour l'action climatique au niveau local, visant à favoriser une meilleure qualité des démocraties et des approches démocratiques plus participatives. Pour ce faire, il fournit une terminologie et des concepts accessibles afin de forger une compréhension partagée entre divers acteurs - y compris le secteur public, la société civile et les communautés - pour s'engager dans l'action climatique de manière plus démocratique et participative et devenir des agents efficaces du changement. 

Objectifs

L'objectif du MDC est celui  d'inspirer un engagement plus collaboratif, une réflexion plus profonde sur qui et ce qu'ils valorisent, et d'ancrer les principes démocratiques pour des transitions climatiques justes dans les villes et les régions.

L'objectif principal du modèle est d'améliorer les modalités de prise de décision publique grâce aux mécanismes de la démocratie participative. 

Le but ultime est un réseau international interconnecté de villes et de régions résilientes au changement climatique - des zones vivables, où les citoyens sont engagés et vivent au mieux au sein de communautés dynamiques, inclusives et socialement justes.

Participants

Le MDC est soutenu par une participation significative et légitimé par le consentement continu de la communauté. Une caractéristique essentielle du Modèle est qu'il renforce les institutions démocratiques à long terme grâce à la participation des citoyens.

L'Actor Framework (Cadre des acteurs) explique les types d'acteurs impliqués dans le MDC, les rôles qu'ils jouent et la manière dont ils doivent évoluer pour créer un avenir climatique juste et durable. Les types d'acteurs comprennent les artistes, les activistes, les chercheurs, les groupes de base, la société civile, les entreprises, les gouvernements et les journalistes. Dans chaque ville et région, différents acteurs participent à des degrés divers. La manière dont les acteurs se réunissent et le nombre d'acteurs ont une incidence sur le degré d'enracinement de la collaboration pour la résilience climatique.

Tous les membres ont accès à l'équipe et aux ressources et peuvent proposer leurs idées. Les sessions régulières des membres avec l'équipe permettent de connaître les projets et aident les membres à apprendre à créer un changement démocratique dans leur communauté. 

En outre, Democratic Society développe un site web interactif réservé aux membres, où des nouveaux peuvent se joindre aux autres pour discuter et développer la réflexion sur toutes les formes de démocratie et de participation. 

Description

Democratic Society (DemSoc) a développé un prototype de Democratic Climate Model (DCM) (Modèle démocratique pour le climat) pour montrer comment placer les citoyens au centre de l'action climatique locale, pourrait avoir un impact dans la société.

Ce projet répond aux lacunes des efforts paneuropéens de démocratisation concernant l'action climatique, en fournissant des modèles permettant aux villes de passer d'une approche technocratique à une approche démocratique de la résilience climatique. 

Le prototype a été développé grâce au partenariat avec le secteur public, les bailleurs de fonds, la société civile et les communautés dans le cadre du projet EIT Climate-KIC Healthy, Clean Cities Deep Demonstrations, qui visent à collaborer avec les villes pour trouver des moyens d'imaginer, d'expérimenter et d'apprendre à atteindre la neutralité carbone.

Demsoc souhaitait également mettre à profit cette expérience pour développer un modèle évolutif qui pourrait être expérimenté dans n'importe quelle ville, partout en Europe. Le projet a réunit des experts du financement, de l'innovation, de la comptabilité carbone et de la participation citoyenne pour concevoir et mener des programmes de travail stratégiques avec les villes. 

Les programmes se déroulent dans 14 villes européennes : Amsterdam, Édimbourg, Cracovie, Križevci, Louvain, Madrid, Malmö, Maribor, Milan, Niš, Orléans, Sarajevo, Skopje et Vienne.

Les responsables du secteur public de Cracovie l'utilisent pour élaborer une stratégie de participation plus démocratique en 2021. 

Vienne a inclus un ensemble diversifié d'acteurs dans la planification financière de la ville grâce à un processus de budget participatif. 

À Madrid, cela a conduit à une plus grande diversité dans le processus de planification, le projet a influencé la création de communautés de pratique et a suscité des conversations sur la manière dont des groupes communautaires spécifiques peuvent apporter des idées.  Il a également donné lieu à des discussions sur le changement sur place avec des bailleurs de fonds et des institutions désireux de comprendre comment travailler avec les citoyens sur des sujets tels que la rénovation.  Plus largement, le modèle est utilisé pour développer le discours sur la "démocratie climatique" en Europe.

Le prototype est testé dans les premières phases expérimentales en collaboration avec les responsables du secteur public, la société civile et les communautés de ces 11 villes européennes. Le prototype est utilisé pour concevoir des portefeuilles d'expériences de démocratie participative avec des responsables du secteur public afin de réaliser des changements systémiques dans des domaines aussi divers que la mobilité et la logistique, le logement et l'environnement bâti, les déchets et l'économie circulaire, l'énergie et l'écologisation urbaine.

Le modèle est illustré par l'analogie de l'arbre. Si les arbres proviennent de graines, les graines elles-mêmes ne contiennent pas les ressources nécessaires à leur croissance. Les graines qui germent dans les conditions qui les entourent et les racines qui fournissent à l'arbre une base solide pour attirer les nutriments créent la stabilité et aident l'arbre le développement vers la surface. Les nœuds de connectivité entre les racines élargissent les possibilités d'une canopée nourrie et soignée au-dessus. Tout comme l'arbre, la résilience climatique a besoin de racines profondes dans les communautés que les politiques servent. 

Le modèle comporte trois parties : La collaboration enracinée ou faible, la canopée de la ville et un cadre d'acteurs.

  • La collaboration enracinée ou faible permet de visualiser dans quelle mesure une collaboration forte ou faible débloque la résilience climatique des villes, aujourd'hui et pour les générations futures.
  • La collaboration enracinée montre les avantages de cultiver les racines profondes de la communauté et de la participation des citoyens afin que les villes développent une canopée dense et renforcée pour un avenir climatique durable.
  • Une collaboration faible est ce qui se passe sans racines solides, où le manque de participation des citoyens risque de faire s'effondrer la ville dans un avenir climatique non inclusif et non durable.

  • La canopée de la ville est un outil permettant de cartographier les échelles de la résilience climatique développée par une collaboration enracinée.

Les conclusions des 14 villes participant aux démonstrations approfondies suggèrent que quatre éléments sont essentiels pour qu'une ville puisse progresser vers la résilience climatique : 

1) La diversité des acteurs ; 

2) Une culture participative ; 

3) L'expertise en la matière ; 

4) les ressources. 

Chacun de ces éléments présente plusieurs caractéristiques que nous utilisons pour calculer la canopée d'une ville : Fondamental, facteurs de mobilisation, changements émergents, et l'échelle des possibilités futures de la ville pour augmenter la densité de leur canopée pour la résilience climatique.

 

Le modèle climatique démocratique met en évidence la manière dont les principes démocratiques peuvent amener les villes et les régions à réagir différemment au changement climatique. Le prototype s'articule autour de leviers considérés comme essentiels pour la résilience climatique, tels que la diversité des acteurs, la culture participative, les ressources et l'expertise en la matière, ainsi que la collaboration transfrontalière aux niveaux local, régional et national. Il fournit des outils simples permettant aux acteurs de la ville de mesurer et d'évaluer le degré de présence de chacun de ces éléments et la manière dont ils s'articulent pour déterminer la future résilience climatique de la ville. Il suscite des discussions dans les villes sur les approches inclusives et communautaires qui renforcent la participation, la gouvernance et, par conséquent, la résilience climatique, et encouragent l'innovation dans les approches de démocratie participative pour la résilience climatique parmi les acteurs du secteur public, de la société civile et des communautés. 

 

Sources (en anglais) :

Site officiel de la Société démocratique 

La résilience climatique a besoin de racines communautaires 

Formulaire de candidature